Image Abilio Diniz, infatigable

Abilio Diniz, infatigable


Abilio Diniz, infatigable

Possédant une fortune évaluée à près de 4 milliards de dollars, Abilio Diniz (vérifiez ici) est la dixième fortune du Brésil, d'après le magazine "Forbes". Selon l’hebdomadaire brésilien "Epoca", le businessman compte parmi les 100 célébrités les plus influentes dans le pays. L'homme d'affaires fait partie des stars les plus charismatiques du Brésil. Ayant comme buts de rendre concurrentielles les entreprises brésiliennes et d’augmenter la performance des prestations publiques, la Chambre de Politique et de Compétitivité et gestion accueille Abilio Diniz au cours de l'année 2011.

Abilio Diniz est de nouveau en mesure d'envisager des investissements dans n’importe quel secteur économique grâce à un accord à l'amiable signé en septembre 2013 avec Casino, qui le libère de la clause de non-concurrence. Le regroupement de Carrefour Brésil avec GPA échouera en raison du barrage du PDG du groupe Casino et de l’abandon de la Banque Brésilienne de Développement. Abilio Diniz vend des actions pour un milliard de dollars au groupe Casino, tout en s'engageant à concéder le contrôle de son groupe 7 ans plus tard au PDG de Casino.

En doublant sa prise d'actions dans le capital de Carrefour France, la société d'Abilio Diniz est devenue le 4e porteur de parts du groupe. Appuyé par un associé de choix, il fait son retour dans le monde de la distribution brésilienne à soixante dix-huit printemps. Abilio Diniz prend la présidence du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un géant de l'agroalimentaire au printemps 2013. La société d’investissement Peninsula, fondée par les Diniz, annonce en décembre 2014 son entrée au capital de Carrefour Brésil, à hauteur de 10 pour cent.

Des événements difficiles qui forgent le caractère d’Abilio Diniz

Abilio Diniz est membre du Conseil Monétaire National dans les années 1980, en pleine situation d’hyperinflation. A la toute fin des années 1990, un rapprochement commercial et financier survient entre le groupe tricolore Casino et le Grupo Pão de Açúcar. Au milieu des années 90, Abilio Diniz ouvre son groupe aux investisseurs. Il entame alors une période d’acquisitions et le groupe devient le n°1 de la distribution dans le pays.

Créateur de l’équipe de foot d’Audax, destinée à repérer les jeunes talents, Abilio Diniz fait en outre partie du comité de consultation du club de foot de Sao Paulo. Confiant dans les bénéfices du sport, il crée des salles de fitness au sein hypermarchés GPA et pousse son équipe à participer aux marathons sponsorisés par le groupe. Le businessman pratique la religion catholique, il est extrêmement attaché à Sainte Rita, la patronne des causes sans issue. Les valeurs familiales sont essentielles pour Abilio Diniz, qui est le père de 6 enfants.

Un 1er supermarché ouvert dès la fin des années 50

Sur une artère fréquentée de São Paulo, le père d’Abilio Diniz lance sa première boulangerie. l'entrepreneur croise les fondateurs de Carrefour en 1974. Il s’inspire de leur réussite pour améliorer son propre groupe. La boutique de la famille Diniz est appelée Pão de Açúcar, tenant bien sûr son nom du Pain de Sucre à Rio. Le commerce écrira son avenir avec les grandes surfaces, voilà l'avis du père d'Abilio Diniz à la fin des années cinquante.